Est-ce que la CAQ est contre le cannabis?

Carl Durocher

Le 1er janvier 2020, le projet de loi 2 mis en place par la CAQ est entré en vigueur, isolant ainsi le Québec des autres provinces canadiennes en matière de législation sur le cannabis. Qu’en est-il de ces différences ? 

Bien qu’il soit maintenant légal partout au Canada, le pot est mal aimé dans la Belle Province. En effet, en adoptant le projet de loi 2, le gouvernement de la CAQ a fait du Québec la province la plus restrictive en matière de cannabis.  

CAQ

CAQ : Le Québec toujours aussi différent

  1. Le principal changement, et le plus controversé, concerne l’âge légal pour consommer du pot. Alors que partout ailleurs au Canada l’âge est de 18-19 ans, au Québec il a été haussé à 21 ans.  
  2. Absolument aucune consommation de cannabis n’est tolérée en public.
      
  3. La culture de cannabis à domicile et strictement interdite alors que la loi canadienne stipule que l’on peut faire pousser jusqu’à 4 plants de cannabis récréatif par résidence. 
  4. On dénote toutefois une infime ouverture de la part de monsieur Legault en ce qui a trait à la consommation dans les parcs publics, puisqu’il a décidé de donner le pouvoir aux municipalités de choisir les lois qu’elles désirent faire appliquer à ce sujet. Il y a quelques exceptions, cependant.

    Il est interdit de consommer du cannabis dans tous les parcs au Québec, incluant ceux des municipalités où il est permis de le faire, durant de grands événements culturels, sportifs, commerciaux et autres.

    En gros, dès qu’il y a un rassemblement de personnes de nature « officielle » dans un parc, c’est non ! 

Et les permissions ? 

Comme le cannabis est légal au Canada, et même si le gouvernement Legault aurait bien aimé qu’il en soit autrement au Québec, les utilisateurs conservent quelques droits. Même s’ils sont peu nombreux, les voici : 

  1. Il est permis d’avoir sur soi, lorsque l’on est à l’extérieur de son domicile, jusqu’à 30 g de cannabis. Cette quantité inclut le cannabis séché, en huile, en atomiseur, sous forme d’aliments, etc. Évidemment, il peut être difficile de quantifier ce que l’on transporte lorsque l’on possède des produits comme de l’huile. 

    Comment savoir alors si on contrevient à la loi ou non ? En se rendant sur le site de la SQDC. Dans les renseignements inhérents aux produits, on peut consulter la quantité (en gramme) de cannabis qui y est présent. 
  2. On a droit à 150 g de cannabis récréatif par résidence privée. Attention ! Peu importe le nombre de personnes de plus de 21 ans habitant sous le même toit, c’est 150 g. Pas plus ! 

Évidemment, ces décisions ont fait des vagues. Dans un communiqué de presse diffusé le 29 octobre 2019, l’Association québécoise de l’industrie du cannabis (AQIC) affirmait que « l’adoption du projet de loi 2 resserrant l’encadrement du cannabis du gouvernement du Québec, qui fait passer l’âge légal de consommation de 18 à 21 ans dans la province, pousse les consommateurs les plus vulnérables vers le marché noir ». 

Effectivement, il y a fort à parier que c’est le marché noir qui bénéficiera le plus de cette nouvelle règle. Serait-ce un coup d’épée dans l’eau de la part de la CAQ ? 

QUE FAISONS-NOUS ?

BUZZNATION EST UNE ORGANISATION QUI A COMME OBJECTIF D'ÉDUQUER LES CONSOMMATEURS DE PRODUITS DÉRIVÉS DU CANNABIS.

Infolettre

INSCRIS-TOI ET REÇOIS DU PAPIER À ROULER