Les bienfaits thérapeutiques prouvés des Terpènes

Samson Caramel

On connaît tous le CBD et le THC, mais il y a plus de 500 composés chimiques dans le Cannabis, dont les terpènes. On explique ce que sont les terpènes un peu plus en profondeur ici, mais on va se concentrer sur la synérgie des terpènes et du cannabis dans cet article et tenter de les justifier avec de la recherche académique. On va découvrir les bienfaits thérapeutiques des terpènes du cannabis.

Depuis l’isolement du THC par Dr Raphael Mechoulam en 1964, les effets synérgistiques des composantes du plant de cannabis ont été suspectés par les chercheurs. Pour décrire cette synérgie entre les composantes du cannabis, on parle généralement d’effet entourage. Dr Mechoulam, dans son discours liminaire au ICBC International Cannabis Business Conference de 2019, dit

Bien que cela ne soit pas observé dans tous les effets du THC ou de tous les effets des cannabinoïdes, beaucoup d’entre eux ont cet « effet d’entourage » et donc les choses deviennent très compliquées si quelqu’un veut mettre du THC ou du CBD comme extrait, ils ont aussi besoin de savoir quels autres composés sont présents.

Il poursuit

Il faudra développer des procédures analytiques au moins pour la plupart des composés présents dans le cannabis…Nous devons montrer en fin de compte ce que font le reste des composés ou certains des autres composés, et nous devons donc tenir compte de cet effet d’entourage à tout moment.

*Si vous voulez en lire d’avantage sur l’histoire de la recherche sur le cannabis, un excellent article académique se trouve ici, en anglais

Un survol des terpènes communs et des bienfaits qui leur sont associés.

Myrcène

Le terpène du cannabis Myrcène

Le β-myrcène est un monoterpénoïde courant dans le cannabis qui a une myriade d’activités : la diminution de l’inflammation par la prostaglandine E-2 (PGE-2) (Lorenzetti et coll., 1991) et le blocage de la carcinogenèse hépatique par l’aflatoxine (De-Ohliveira et coll., 1997).

À des doses très élevées, le myrcène chez la souris était un sédatif comparable au phénobarbital (Gurgel do Vale et al., 2002); l’effet a été accru par l’administration simultanée de citral, un mélange d’autres terpènes. Al-Omari (2007) a démontré que le myrcène améliorait la tolérance au glucose chez les rats alloxanes diabétiques comparable à la metformine, sans effet sur les niveaux de glucose chez les rats normaux.

Il a un effet analgésique significatif, qui est bloqué par l’action de la naloxone, un antagoniste des opioïdes, suggérant un mécanisme d’action par le récepteur des opioïdes (Rao et coll., 1990).

Cependant, le manque d’affinité du myrcène pour les récepteurs opioïdes indique une libération stimulée par l’alpha-2-adrénonoceptor des opiacés endogènes. Contrairement à la morphine, aucune tolérance n’a été observée après l’administration répétée de doses chez le rat (Lorenzetti et coll., 1991).

Ce terpène a également montré de puissants effets anti-inflammatoires et anticataboliques dans un modèle humain de chondrocytes de l’arthrose (Rufino et coll., 2015).

Le myrcène est un sédatif reconnu dans le cadre des préparations de houblon (Humulus lupulus), utilisé pour aider au sommeil en Allemagne (Bisset et Wichtl, 2004).

Ensemble, ces données appuieraient l’hypothèse selon laquelle le myrcène est un terpénoïde sédatif proéminent dans le cannabis et, combiné au THC, pourrait produire le phénomène de « couch-lock » de certains chimiotypes qui est décrié ou apprécié alternativement par les consommateurs de cannabis récréatif.

Nutraceuticals Efficacy, Safety and Toxicity 2016, Pages 735-754

Taming THC: potential cannabis synergy and phytocannabinoid-terpenoid entourage effects, Ethan B Russo, 2011

Limonène

Le terpène du cannabis Limonène

Le d-limonène, commun au citron et aux autres agrumes, est le deuxième terpénoïde le plus répandu dans la nature (Noma et Asakawa, 2010).

Des études portant sur une méthodologie et un dosage variables des huiles d’agrumes chez la souris suggèrent que ce terpène s’agit d’un puissant agent anxiolytique (Carvalho-Freitas et Costa, 2002; Pultrini Ade et al., 2006), avec une sérotonine croissante de l’OT dans le cortex préfrontal, et de la dopamine (DA) dans l’hippocampe médiée par 5-HT1A (Komiya et coll., 2006).

Une étude clinique (Komori et coll., 1995) a fourni des preuves de confirmation convaincantes chez les humains, dans le cadre de laquelle des patients déprimés hospitalisés ont été exposés au parfum d’agrumes dans l’air ambiant, puis normalisé les scores de dépression de Hamilton. arrêt réussi du médicament antidépresseur chez 9/12 patients et preuve sérique de stimulation immunitaire (normalisation du rapport CD4/8).

Le limonène produit également l’apoptose des cellules cancéreuses du sein et a été utilisé à des doses élevées dans les ECR de phase II (Vigushin et coll., 1998). Les recherches subséquentes dans le traitement du cancer ont porté sur son métabolite hépatique immédiat, l’acide périllique, qui a des effets antistress sur le cerveau du rat (Fukumoto et coll., 2008).

Un brevet a été déposé, affirmant que le limonène traite efficacement le reflux gastro-œsophagien (Harris, 2010).

Les OE d’agrumes contenant du limonène se sont révélés efficaces contre les dermatophytes (Sanguinetti et coll., 2007; Singh et coll., 2010), et les OE d’agrumes présentant des profils terpénoïdes semblables à ceux du cannabis ont démontré de fortes propriétés de récupération radicale (Choi et coll., 2000).

Le limonène est hautement biodisponible (Falk-Filipsson et coll., 1993) et rapidement métabolisé, mais il présente des signes d’accumulation et de rétention dans les tissus adipeux (p. ex., le cerveau). Il est hautement non toxique (dose létale humaine estimée de 0,5 à 5 g kg 1) et non sensibilisant (Von Burg, 1995)

Taming THC: potential cannabis synergy and phytocannabinoid-terpenoid entourage effects, Ethan B Russo, 2011

Linalol

Le terpène du cannabis Linalol

D-Linalool est un alcool monoterpénoïde commun à la lavande. Les effets anesthésiques locaux du linalol (Re et al., 2000) sont égaux à ceux de la procaïne et du menthol (Ghelardini et al., 1999).

L’activité anxiolytique psychotrope de ce terpène a été examinée en détail (Russo, 2001, 2011). Le linalool a des effets sédatifs, antidépresseurs, anxiolytiques et immunostimulants et peut représenter une part importante ( 6 %) de la CE du cannabis (McPartland et Russo, 2001).

Ce terpène peut également avoir des effets analgésiques et anticonvulsivants (Batista et coll., 2010; Leal-Cardoso et coll., 2010; Peana et coll., 2006; Russo, 2011).

Ce terpène est aussi antinociceptive à fortes doses chez la souris par l’intermédiaire des récepteurs de glutamate ionotropique (Batista et coll., 2008).

-Cannabinoid Pharmacology, Ethan B. Russo, Jahan Marcu, in Advances in Pharmacology, 2017

Taming THC: potential cannabis synergy and phytocannabinoid-terpenoid entourage effects, Ethan B Russo, 2011

Caryophyllène

Le terpène du cannabis Caryophyllène

β-Caryophyllène est généralement le sesquiterpenoïde le plus commun rencontré dans le cannabis (Mediavilla et Steinemann, 1997), où sa fonction évolutive peut être due à sa capacité à attirer des insectes prédateurs tout en inhibant simultanément insecte herbivore (Langenheim, 1994).

C’est souvent le terpène prédominant dans l’ensemble dans les extraits de cannabis, surtout s’ils ont été traités à la chaleur pour la décarboxylation (Guy et Stott, 2005).

Le caryophyllène est commun au poivre noir et au baume de Copaiba (Lawless, 1995).

Il est anti-inflammatoire par le PGE-1, son activité est comparable à celle de la phénylbutazone toxique (Basile et coll., 1988), et sa teneur en OE est comparable à celle de l’étodolac et de l’indométhacine (Ozturk et Ozbek, 2005).

Contrairement à ces derniers agents, cependant, ces terpènes sont un cytoprotecteur gastrique (Tambe et al., 1996).

Le caryophyllène pourrait avoir contribué aux effets antipaludéens en tant que composante d’OT (Campbell et coll., 1997).

Des travaux subséquents ont démontré que ce composant alimentaire produisait une activité analgésique anti-inflammatoire à la dose la plus faible de 5 mg kg 1 chez les souris de type sauvage, mais pas chez les souris CB2 assommées (Gertsch, 2008).

Étant donné l’absence de psychoactivité attribuée aux agonistes du CB2, le caryophyllène est très prometteur en tant que composé thérapeutique, que ce soit de façon systémique ou dans des applications dermatologiques comme la dermatite de contact (Karsak et coll., 2007). Les réactions de sensibilisation sont assez rares et probablement dues au produit oxydé (Skold et coll., 2006).

Taming THC: potential cannabis synergy and phytocannabinoid-terpenoid entourage effects, Ethan B Russo, 2011

Terpinolène

Le terpène du cannabis Terpinolène

Le terpinolène est un monoterpène cyclique. Il s’agit d’une composante commune de certains chimivars de cannabis commerciaux (Giese et coll., 2015), dont la présence serait caractéristique des types « sativa » (Hazekamp et coll., 2016).

Il a été démontré que le terpinolène prévient l’oxydation du LDL, d’intérêt pour le traitement de l’athérogenèse et des maladies coronariennes (Grassmann, Hippeli, Spitzenberger et Elstner, 2005).

Elle était sédative chez les souris à 0,1 mg, ce qui a réduit l’activité motrice à 67,8 % (Ito et Ito, 2013), tandis que des rapports subjectifs chez les humains suggèrent une plus grande stimulation dans les chimivars à base de cannabis riche en terpinolène (Napro Research, 2016), possiblement attribuable aux effets d’inhibition de la cholinestérase en présence de THC, un effet pharmacologique mesuré avec la CI50 à 156,4 μg/mL (Bonesi et coll., 2010).

À une concentration de 0,05 %, le terpinolène a considérablement réduit l’expression AKT1 dans les cellules CML humaines K562 et stimulé l’apoptose (Okumura, Yoshida, Nishimura, Kitagishi et Matsuda, 2012).

À des doses extrêmes (> 50 mg/L), ce terpène a présenté des effets antiprolifératifs légèrement plus importants contre le neuroblastome que les lignées de cellules neuronales (Aydin, Turkez et Tasdemir, 2013). Sur une gamme de doses similaire, il a montré des effets antioxydants dans les lymphocytes humains (Turkez, Aydin, Geyikoglu, & Cetin, 2015).

Le terpinolène serait aussi antifongique et larvicidal (Aydin et coll., 2013).

Cannabinoid Pharmacology, Ethan B. Russo, Jahan Marcu, in Advances in Pharmacology, 2017

Pinène

Le terpène du cannabis Pinène

α-Pinene est un monoterpène bicyclique et le terpénoïde le plus fréquemment rencontré dans la nature (Noma et Asakawa, 2010).

Il apparaît dans les conifères et les innombrables OE de plantes, avec un rôle insectifuge. Il est anti-inflammatoire par le PGE-1 (Gil et coll., 1989) et bronchodilatateur chez les humains à de faibles niveaux d’exposition (Falk et coll., 1990).

Le pinène semble agir comme un antibiotique à large spectre (Nissen et coll., 2010). α-Pinene forme la base biosynthétique des ligands CB2, comme le HU-308 (Hanus et coll., 1999).

Toutefois, son activité comme inhibiteur de l’acétylcholinestérase aidant la mémoire (Perry et coll., 2000), avec une CI50 observée de 0,44 mM (Miyazawa et Yamafuji, 2005), est peut-être la plus convaincante. Cette caractéristique pourrait contrecarrer les déficits de mémoire à court terme induits par l’intoxication au THC.

À ce jour, la plupart des études n’ont pas étudié la biodisponibilité de la α-pinène et de la β-pinène dans le corps humain, bien qu’il soit clair que ces terpènes ont des propriétés antimicrobiennes, anticancéreuses, anti-inflammatoires et antiallergiques.

-Therapeutic Potential of α- and β-Pinene: A Miracle Gift of Nature, Bahare Salehi et Al, 2019

Taming THC: potential cannabis synergy and phytocannabinoid-terpenoid entourage effects, Ethan B Russo, 2011

Ocimène

Le terpène du cannabis Ocimène

L’Ocimen est l’un des monoterpènes les plus communs trouvés dans la nature. Dans le domaine de la médecine botanique, il existe une association de β-ocimene chez les OE avec une activité anticonvulsivante, une activité antifongique, une activité antitumorale et une résistance aux ravageurs (Bomfim et coll., 2016; Cascone et coll., 2015; Sayyah, Nadjafnia et Kamalinejad, 2004).

L’ocimene a été identifié comme étant stimulant. (S. Casano, G. Grassi, V. Martini et M. Michelozzi, 2011)

Une étude publiée en 2015 dans le Journal of Natural Medicines a publié une étude sur l’Ocimene dans le cadre d’un mélange contre les moisissures et les levures. L’étude a montré que la combinaison de ce terpène avec d’autres éléments est un agent antifongique prometteur contre la dermatophytose, un champignon de la peau communément appelé teigne. (Cavaleiro C; Salgueiro L; Gonçalves MJ; Hrimpeng K; Pinto J; Pinto E;)

Dans une étude publiée en 2013 dans la revue Food and Chemical Toxicology, des chercheurs ont noté des activités anti-inflammatoires de l’Ocimène. L’étude a également révélé son efficacité contre les teignes et est recommandée comme traitement pour gérer d’autres maladies inflammatoires. (Valente J; Zuzarte M; Gonçalves MJ; Lopes MC; Cavaleiro C; Salgueiro L; Cruz MT; 2013)

Cannabinoid Pharmacology, Ethan B. Russo, Jahan Marcu, in Advances in Pharmacology, 2017

Humulène

Le terpène du cannabis Humulène

L’humulene est le terpène caractéristique du houblon, Humulus lupulus, mais on le trouve aussi dans le cannabis, la sauge et le ginseng. L’humulene, également connue sous le nom de α-caryophyllène, est un isomère ouvert en anneau de β-caryophyllène, qui est notamment dépourvu d’activité CB2.

Néanmoins, il possède également une puissante activité anti-inflammatoire égale à la dexaméthasone dans un modèle animal (Fernandes et coll., 2007).

L’humulène possède des propriétés anti-inflammatoires topiques et systémiques (Chaves et coll., 2008) et est un analgésique efficace lorsqu’elle est prise par voie topique, orale ou aérosol (Rogerio et coll., 2009).

Ce terpène peut produire ROS, conduisant à un effet antinéoplasique en induisant l’apoptose ; bien qu’à des niveaux modérés, ROS peut augmenter la croissance tumorale. β-Caryophyllene était synergique avec l’humulene dans une étude (Legault et Pichette, 2007).

Fait intéressant, il a été démontré que l’humulene augmente la sécrétion de l’IL-8, une chimiokine ayant diverses fonctions, y compris la promotion de l’angiogenèse, qui est utile à la cicatrisation des plaies, mais qui n’est généralement pas associée à des composés anticancéreux (Satsu et coll., 2004).

-Preventive and therapeutic anti-inflammatory properties of the sesquiterpene α-humulene in experimental airways allergic inflammation, Alexandre P Rogerio et al, 2009

-Cannabis sativa and Hemp, Joshua A.Hartsel et Al, 2016

Bref, les terpènes

Il est évident que les terpènes, ainsi que l’effet entourage du plant de cannabis, ont des bienfaits tangibles sur nous, mais la nature de ces bienfaits ainsi que de la recherche effectué jusque là, suggère une approche modérée. C’est à dire, évidemment, d’éviter l’usage du cannabis au détriment d’une médecine plus traditionelle, du moins en ce qui concerne des maladies ou des symptomes plus importants, comme le cancer.

Par contre, il est évident que les propriétés anxiolytiques, anti-infalammatoires et somnolents du plant du cannabis et des terpènes peuvent, selon vos besoins et votre profil, offrir des alternatives à des cures plus courrantes et potentiellement plus lourds en terme d’effets secondaires indésirables (on pense ici à des somnifères et des anxiolytiques pharmaceutiques).

J’aimerais vous laisser sur ce paragraphe tiré de Cannabis and Cannabis Extracts: Greater Than the Sum of Their Parts?, 2001, par John McPartland et Ethan Budd Russo. Le même Russo qu’on a généreusement cité dans cet article et qui semble un peu partout dans la littérature académique sur le cannabis.

Les auteurs disent ceci :

En ce qui concerne la biodisponibilité, il convient de mentionner qu’il n’est pas nécessaire que les composés du cannabis soient absorbés systématiquement par les poumons pour produire une activité du SNC. Les composés inhalés peuvent atteindre les récepteurs dans le bulbe olfactif, envoyant des messages altérant l’humeur via les nerfs olfactifs directement dans la région limbique et l’hippocampe. Cette voie peut être responsable de certains effets sédatifs des terpénoïdes à l’inhalation (Buchbauer et al., 1993).

Et finalement, de Taming THC: potential cannabis synergy and phytocannabinoid-terpenoid entourage effects, Russo dit :

Des souris exposées à des odeurs de terpénoïdes inhalées dans l’air ambiant pendant 1h ont montré des effets profonds sur les niveaux d’activité, suggérant un effet pharmacologique direct sur le cerveau, même à des concentrations sériques extrêmement faibles. Ces concentrations sont comparables à celles de THC mesurées chez les humains recevant des extraits de cannabis qui ont des effets thérapeutiques sur la douleur ou des symptômes de sclérose en plaques dans le cadre de divers essais contrôlés randomisés (ECR) (Russo, 2006; Huestis, 2007).

C’est quand même incroyable, l’implication sur les bienfaits issus uniquement de l’odeur des terpènes.

Bref, pour vrai

J’espère que l’article vous a été utile, et que les pistes fournis vous aideront à juger par vous-même le rôle et l’efficacité des terpènes dans le cannabis, et des bienfaits thérapeutiques du cannabis en général.

Sur ce, si vous utilisez le cannabis à des fins thérapeutiques, je vous invite à faire une demande d’ordonnance en ligne, le processus est simple, rapide et sans-frais.

QUE FAISONS-NOUS ?

BUZZNATION EST UNE ORGANISATION QUI A COMME OBJECTIF D'ÉDUQUER LES CONSOMMATEURS DE PRODUITS DÉRIVÉS DU CANNABIS.

Infolettre

INSCRIS-TOI ET REÇOIS DU PAPIER À ROULER