Les informations indiqués sur les emballages de cannabis sont-ils réellement exacts ?

Buzznation

En décembre, le producteur néo-brunswickois Zenabis a rappelé une gamme de gélules « CBD Light », étiquetées comme contenant six milligrammes de CBD par capsule, sans THC. Il s’est avéré qu’il s’agissait en fait de capsules de gel de THC sans aucun CBD. Source: The Growth Op

Le Zenabis n’est pas le seul producteur à se heurter à des problèmes d’étiquetage. En septembre dernier, Aurora Cannabis a rappelé sa Blue Dream Sativa qui avait été vendue par la Société québécoise du cannabis (SQDC). L’étiquette indiquait que la fleur contenait 19,1 % de THC total, mais la valeur correcte était de 15,7 %. Plus de 3 000 unités ont été vendues avant que le produit ne soit rappelé.

Plus récemment, en avril, les consommateurs qui se sont procuré un paquet de San Rafael ’71 Island Sweet Skunk de MedReleaf Corp. ont eu une surprise. Un lot de la souche étiquetée comme ayant une teneur totale en THC de 17,99 mg/g a en fait enregistré 179,88 mg/g.

Ces cas ne sont pas aussi rares que vous pourriez le croire. La sécurité et l’assurance qualité étaient censées être deux des caractéristiques de la légalisation. Mais dans le monde du cannabis légal et hautement réglementé, les consommateurs peuvent-ils faire confiance à ce que disent les étiquettes ?

Le problème? Pas d’approche universelle

Comme pour la plupart des problèmes, la réponse dépend à qui vous posez la question. Les tests de dépistage du cannabis sont exigés par la loi et chaque lot doit être testé par une tierce partie dans l’un des 122 laboratoires du pays qui ont été certifiés par le gouvernement fédéral pour travailler avec le cannabis. Ensuite, les étiquettes viennent fournir les informations essentielles aux consommateurs.

Il n’est cependant pas aussi simple que l’on pense de tester le cannabis, car la plante contient des milliers de composés et peut être consommée de différentes façons et il existe une gamme infinie de produits, contenant souvent d’autres additifs, qui peuvent être fabriqués à partir d’elle. La situation est encore compliquée par le fait que les méthodes d’essai varient d’un laboratoire à l’autre et qu’il n’existe pas d’approche normalisée et universelle.

Cela est particulièrement visible dans les pourcentages de THC, qui est l’un des principaux facteurs d’achat de cannabis. Plusieurs producteurs ont déclaré qu’il n’est pas rare qu’ils envoient des échantillons à différents laboratoires et s’associent avec celui qui renvoie le meilleur score. Le taux du THC touche autant les gros producteurs que les plus petites que le consommateur, car les producteurs n’ont pas forcément les moyens de faire des courses pour obtenir un score élevé, et les consommateurs ne savent pas exactement quels produits leur conviennent et lesquels ne leur conviennent pas.

Le taux de THC ou de CBD n’est pas les seules variables à regarder lorsque vous choisissez du cannabis à la SQDC.

La question est encore plus compliquée avec les nouvelles catégories de produits, comme les boissons et les produits comestibles. Santé Canada autorise un écart de 10 % sur les étiquettes de fleurs séchées, mais pour les produits comestibles, un écart de 25 % est autorisé en fonction de la teneur en cannabinoïdes. En effet, il est plus difficile d’obtenir des résultats précis pour les produits comestibles, qui contiennent un large éventail d’ingrédients. Et si certains écarts sont normaux et attendus, les erreurs d’étiquetage ne sont pas toujours accidentelles.

Comme Nick Jikomes (principal chercheur de Leafly) le mentionne, ce qui a été un problème persistant dans l’industrie, c’est que les laboratoires produisent des résultats qui ne sont pas tout à fait exacts, et cela se manifeste souvent par un gonflement du taux de THC dans la plante. L’emballage et l’étiquetage ne sont malheureusement pas toujours des indicateurs précis de la teneur en cannabinoïdes de la plante.

Relever les normes

En 2018, Jikomes s’est penché sur la question pour une étude qui a été publiée dans le journal scientifique Nature. Dans son étude, Jikomes a constaté qu’il y avait des différences systématiques dans la teneur en cannabinoïdes signalée par différents laboratoires. Il est important de noter que les différences entre les laboratoires en matière de déclaration des cannabinoïdes ont persisté même après avoir contrôlé tous les facteurs de confusion plausibles. Il est donc nécessaire de disposer d’une méthodologie de laboratoire normalisée et d’un cadre pour évaluer la qualité des laboratoires.

En résumé, il ne suffit pas d’avoir seulement une licence pour travailler avec le cannabis. Des processus et des mesures supplémentaires doivent être mis en place pour obtenir des normes et une précision plus élevées. Après tout, ce n’est pas seulement le THC et le CBD que les laboratoires testent, ils testent également pour trouver des pesticides, des bactéries, des moisissures, des métaux lourds, des mycotoxines et beaucoup plus.

En attendant que les normes de validation et de compétence s’améliorent, le meilleur moyen de savoir quels produits à base de cannabis fonctionnent pour vous serait de consulter un professionnel certifié ou sinon s’en remettre à la bonne vieille méthode d’essai-erreur.

Pour consulter des produits médicaux avec un professionnel certifié, remplissez le formulaire d’inscription suivant.

QUE FAISONS-NOUS ?

BUZZNATION EST UNE ORGANISATION QUI A COMME OBJECTIF D'ÉDUQUER LES CONSOMMATEURS DE PRODUITS DÉRIVÉS DU CANNABIS.

Infolettre

INSCRIS-TOI ET REÇOIS DU PAPIER À ROULER