Les provinces face à la compensation médicale

Buzznation

De plus en plus, les patients à travers le Canada se tournent vers le cannabis médical, en opposition aux nombreux opioïdes et autres lourds antidouleurs. Face à une telle augmentation, les provinces canadiennes ont dû s’adapter pour pouvoir offrir une aide financière aux patients. Le Nouveau Brunswick a été le premier à inclure le cannabis dans ses directives, suivi de près par l’Île-du-Prince-Édouard et de l’Ontario, et bientôt par la Nouvelle-Écosse. Mais tout n’est pas encore joué pour la compensation médicale.

Le chemin qui mène à une approbation de la part des différentes Commissions des accidents du travail est encore parsemé d’embûches. En mars 2019, seulement une dizaine de travailleurs avaient été approuvés en Alberta, en Nouvelle-Écosse et sur l’Île-du-Prince-Édouard, ainsi que 71 au Nouveau Brunswick, selon un article paru dans CBC. Chaque demande est étudiée au cas par cas, quelle que soit la province. Le chef médical de la Commission en Nouvelle-Écosse, le Dr Manoj Vohra, admet que jusqu’ici, la compensation médicale pour le cannabis n’était pas envisagée – mais, face à l’augmentation des demandes, appuyées par le nombre croissant d’études menées quant aux bienfaits de la plante, les différents officiels développent des critères à remplir pour que les patients puissent s’offrir les soins demandés.

Les nouvelles directives dressées par certaines provinces (le Nouveau Brunswick, l’Ontario et l’Île-du-Prince-Édouard) autorisent une dose maximale de 3 grammes par jour ; un bon début, mais une dose qui peut s’avérer être insuffisante pour certains patients. Et le débat autour du tétrahydrocannabinol, ou THC, est loin d’être terminé ; si certaines recherches lui accordent un bénéfice thérapeutique, le composé reste psychotrope, et chaque province n’autorise qu’un faible pourcentage de celui-ci, allant de 1 à 9 %.

Les réticences sont donc présentes ; si bon nombre d’études montrent les effets positifs du cannabis, notamment du cannabidiol (CBD), sur certains cancers et autres sévères conditions, le Dr Vohra insiste sur le fait qu’il manque encore cruellement de preuves scientifiques quant aux effets néfastes du cannabis lorsque utilisé médicalement. Les médecins semblent ne pas vouloir répéter l’erreur commise avec les opioïdes, dont les effets secondaires ont été sous-estimés.

Cliquez et remplissez pour recevoir un rapport de bien-être gratuitement!

Le Québec est, jusqu’à aujourd’hui, la seule province à s’appuyer sur les recommandations du médecin du patient. Toutes les autres provinces font passer chaque cas devant un groupe de médecins tiers. Dre Mary Lynch, basée à Halifax, se spécialise dans la douleur et le cannabis, et est fondatrice du groupe de recherche Panag Pharma Inc. Selon elle, cela fait longtemps que la compensation aurait dû être considérée par les différents corps médicaux, et elle espère voir le cannabis devenir un médicament comme un autre – accessible facilement sur simple ordre d’un médecin compétent.

👉

Prenez le temps de discuter avec une clinique médical afin d’obtenir un prescription au Québec. https://bit.ly/2NSs4o3

QUE FAISONS-NOUS ?

BUZZNATION EST UNE ORGANISATION QUI A COMME OBJECTIF D'ÉDUQUER LES CONSOMMATEURS DE PRODUITS DÉRIVÉS DU CANNABIS.

Infolettre

INSCRIS-TOI ET REÇOIS DU PAPIER À ROULER